top of page

PITOU // BIG TEAR

Dernière mise à jour : 12 avr. 2023


©Rayan Nohra


Cinq ans après la sortie de son dernier EP I Fall Asleep So Fast, la songwriter néerlandaise Pitou nous dévoile son tout premier album Big Tear, mêlant sonorités pop-folk et électro harmoniques dans un univers profondément onirique. Les dix titres jouent sur un constat permanent entre introspection, mélancolie, romantisme et une poésie presque mystique à la pureté aussi limpide que troublante. Sublimée par sa voix douce amère, nostalgique ou sulfureuse, Pitou nous conte une réflexion sur la condition de l’être, la lente agonie des jours qui nous traverse, le goût sucré-salé de la vie, le tourbillon des sentiments. Une sorte de polaroid musical jalonné de rêves éveillés et donnant naissance à des fables chantées, captivantes. Pitou, chanteuse charismatique, fait partie de ces artistes à l’hypersensibilité exacerbée par un esprit créatif en constante ébullition qu’elle explore aussi bien dans ses chansons que dans ses clips immersifs. Les yeux écarquillés et l'ouïe aux aguets, Pitou, ouvre un dialogue intimiste avec celui que vous étiez et celui que vous rêviez d'être un jour. Beauté des cicatrices, résilience sans fatalisme, nous nous laissons volontiers submerger par les vagues d'émotions successives de Big Tear.


Après tes deux premiers EP, tu as décidé de revenir avec un album, Big Tear. Te sentais-tu prête pour ce format ?

J'avais prévu de sortir cet album en 2020. J'avais besoin de rebondir rapidement. Heureusement mes amis et mes proches ont remarqué que j'étais trop sensible par rapport à des événements extérieurs, et du coup de ne pas être capable de faire de la musique. Ils m'ont conseillé de faire une petite pause. Et la Covid est arrivée, et cette pause s'est prolongée, mais c'était une bonne chose ! Cela m'a permis de regoûter au plaisir de la création et de rendre plus agréable la sortie de l'album. Je ne pensais plus que faire de la musique puisse être aussi agréable !

Tu as commencé à chanter très jeune, vers 9 ans. Comment décrirais-tu ton évolution musicale ?

J'ai commencé à chanter dans une chorale. À la puberté j'ai tout arrêté, jusqu'au lycée, où j'ai commencé à écrire mes propres chansons, très folk classique . J'ai sorti deux EPs dans la lancée. En concernant cet album, je voulais que la guitare soit plus en retrait et composer avec d'autres instruments. Non seulement pour des raisons artistiques, mais aussi scéniques : ne pas être bridée par la guitare.


Après I feel asleep so fast en 2018, ton premier album est sorti le premier mars de cette année. Combien de temps cela t'a pris ?

La composition de l'album s'est étalée sur plusieurs années. Quelques chansons ont débuté comme des balades acoustiques, mais ont fini comme Big Tear.

J'ai aussi travaillé avec plusieurs musiciens qui ont mis leur patte sur le disque, avec beaucoup de belles atmosphères.


Tu sembles être dans une démarche introspective, avec en même temps beaucoup d'assurance, et un penchant pour les sonorités folk ?

La plupart des morceaux de cet album sont plus optimistes et universels qu'auparavant. L'élaboration de cet album m'a aussi obligée à réécrire certaines paroles, pour mettre plus en avant la lumière plus que de l'obscurité.


Qu'est-ce te te donne plus d'assurance aujourd'hui ?

Ressentir la joie dans les choses. Apprendre à écouter mon intuition. Partager la joie et l'amour de la musique. Me concentrer sur mon travail ; Apprécier le moment présent, ne pas me projeter. Et les gens, mon groupe.


(En parlant d'introspection) Quelles sont tes sources d'inspiration (lorsque tu écris) ?

Elles sont très diverses. Mais ce sont souvent des instants personnels qui m'ont profondément touchée : une sensation, un sentiment récurrent. Je les retranscris en chanson pour mieux les comprendre, les appréhender. Parfois j'ai juste une mélodie qui me vient, comme pour Angel qui est venue avec les paroles et la mélodie.


Qu'aimerais-tu que les gens retiennent de tes chansons ?

J'espère qu'elle pourraient entretenir ou réveiller de l'espoir, quelle que soit la forme : le calme, l'énergie, la puissance...


Tu vas bientôt tourner en Europe pour présenter ton album, notamment en France. Comment appréhendes-tu cette tournée ?

Je suis impatiente ! Un de mes plus grands plaisirs est de jouer avec mon groupe, et je suis tellement ravie de partager cet album avec le public ! D'ailleurs je joue à Paris le 27 avril au Pop-Up, tout le monde est invité ! Il semble que l'univers de Big Tear va prendre vie lors de cette tournée, musicalement mais surtout humainement !


Stephane Perraux



PITOU - BIG TEAR - (24-03-2023) - V2 Records





English Version


After your first two EP, you decided to make your come-back with an album entitled « Big Tear » (10 tracks). Did you feel ready to express yourself musically on this format ?

Yes! Initially I had planned to release in 2020 - I felt like I needed to follow-up quickly. Luckily I had my friends and people close to me, who noticed that I was stressed, overly conscious of external factors, and therefore not making music from the right place anymore. They advised me the best thing I could do was to take a little break. Then corona happened and the break got extended, but I am so thankful for those years. It allowed me to rediscover the joy and lightness of the creative process again, and it makes releasing the record now so much more enjoyable. I didn’t think releasing music could feel this good :)

I read somewhere that you started singing very young (9 years old). How would you describe your own artistic evolution through years ?

I started singing in a classical children’s choir, but when I reached puberty I quit, and stopped doing music altogether for a while. After high school I started writing my own songs, heavily folk inspired, with the classical background intuitively seeping through. I released two EP’s, and then followed the period I mentioned above. When writing this record, I knew I wanted to leave the guitar behind a little bit, and write with other instruments as well. Not only to for musical reasons, but also to look for a new freedom on stage; not being hindered by the guitar.


After « I Feel Asleep So Fast » in 2018 your first album « Big Tear » will be out on 24 march. How much time have you spent composing it ?

The process of composing was spread out over multiple years actually. Some songs started out as minimal guitar ballads, but ended up being something completely different, such as Big Tear. I also worked together with other musicians - they’ve infused the record with a lot of beautiful atmospheres.


I imagine that you’ve had to surpass yourself on this kind of exercises (I don’t understand this question :)?) You seem to be in a more introspective approach than before with some kind of assertiveness along with your love for folk sounds ?

A lot of the songs on this record feel more universal and hopeful than before. The composition process also involved me re-writing some of the lyrics to put even more emphasis on the light, instead of the darkness.


What does make you feel stronger or more confident today ? Finding humor in things, learning to listen to my intuition better, sharing joy and the love of music with others, focusing on my work, how that feels in the moment, and not results. And the people around me, friends, my team.


Speaking of introspection, what are your sources of inspiration in song writing ?

My inspiration comes from all over the place, but often it is something in my life that moves me deeply. A certain sentiment, feeling, that keeps coming back. I turn it into a song; to remember it, to understand it better, or to process it.

And then sometimes there is just a piece of music that is suddenly there, as was the case with the song Angel, that turned up almost fully formed; melody, lyrics and all.


What would you like for people to remember when listening to your songs ? I hope the songs may fuel or reawaken hope in them. That hope can come in all sorts of form; quiet, full of energy, roaringly loud.


You will be soon touring around Europe to introduce your album including in France (April 27, le Pop-up). How do you foresee this tour ?

I can’t wait. Playing with my band is one of the greatest joys, and it feels so good to finally be able to share this record live with people. I am actually playing Paris twice; on March 27th, supporting Emiliana Torrini in Trabendo, and my official release-show with full band, on April 27th in Le Pop-Up - everyone’s invited. It really does feel like the whole world of Big Tear will coming alive during this tour, not only through the music, but in every part of the show.


Traduction : Anne-Marie Leraud




33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page