-   EN BONUS // INTERVIEWS  -

SUITE DE L'ENTRETIEN PARU DANS PERSONA N°13

UNE VIE 
FRÉNÉTIQUE 

ENTRETIEN Christine Fleuriau // DESSINS noel bingO-belmondo

CHERS LECTRICES ET LECTEURS DE PERSONA APPRÊTEZ-VOUS À DÉCOLLER POUR LA PLANÈTE GONTARD ! GONTARD CE SONT CINQ DRÔMOIS QUI JOUENT LES TRUBLIONS DANS UN PAYSAGE MUSICAL FRANÇAIS BIEN TROP SAGE. QUI PASSENT DE L'IRONIE DÉCAPANTE À LA CONFESSION INTIME. QUI NAVIGUENT ENTRE LÉO FERRÉ, DANIEL JOHNSTON, JEAN-LUC LE TÉNIA, ALAIN SOUCHON, THE CURE OU DANIEL DARC, ENTRE HIP-HOP, RAP US, ROCK INDIE, SONO MONDIALE

ET MUSIQUES ORIENTALES, ARABES, POP RITALE. TOUT EN CITANT NICOLAS BOUVIER, FLAUBERT,

PJ PRUDHON, GRISELIDIS RÉAL OU J. DEJACQUE. PRÊTS ? PARTEZ !

En quelques mots, qui est Gontard ?

Nico Gontard : C’est un mec que tu croises, ton voisin qui a l’air sympa. Il observe son quartier, les gens, la société et essaie de s’y intégrer. Il tente par la musique de rentrer dans cette faille sociale qu’il trouve cruellement absente depuis les années 80.   

 

Gontard c’est aussi une histoire d’amitié et de travestissement (masque de lapin, robe, pseudos), non ?

Nico Gontard : Oui, Gontard, c’est l’histoire d’une bande, d’une amitié essentiellement masculine mais pas misogyne, un peu comme celle présente dans les films de Sautet. L’amitié doit être totale et quotidienne. Je ne vis pas de la musique donc si je n’y trouve pas de l’humain, j’arrête tout. Peut être que je vivrai un peu trop et un peu moins longtemps que d’autres. Mais je veux vivre rapidement les choses comme avec les copains. Les pseudos de chacun dans la bande - Noel Bingo Belmondo, Ray Bornéo, Clément Michel, Morzini, Gontard - nous ressemblent mille fois plus que nos noms.

Le masque de lapin était au début un artifice plutôt anxiogène pour le public qui ne voyait pas mes yeux ni mon sourire. Il symbolise l’enfance, le doudou, le cauchemar, à cheval entre le monstrueux et la tendresse. A présent je le tombe de plus en plus, mais j’ai un vrai plaisir à le remettre sur certains morceaux sombres comme La Saison des grands froids. C’est une manière d’alerter le public pour lui dire que ça va être atrocement impudique pour moi. C’est un code avec lui. J’ai aussi une galerie de personnages (Maria, Cédric, Kevin, Philippe...) que j’ai de plus en plus envie d’incarner par une gestuelle, une danse, un vêtement, ce qui rend plus lisible ce que je fais.   

 

Bassiste au sein de Gontard, tu prends souvent le crayon pour illustrer pochettes et fanzines du groupe. Parle-nous de cette autre casquette de dessinateur-graphiste ?

noel bingO-belmondo : La dimension visuelle contribuant à l’esthétique globale de Gontard, nous apportons alors le maximum de soin à nos disques. Quelle chance que notre label Ici d’Ailleurs nous laisse carte blanche et nous autorise toutes nos envies graphiques ! Cela nous permet notamment d’insérer dans les vinyls des fanzines réalisés à l’ancienne, c’est-à-dire avec des ciseaux, de la colle, du ruban adhésif, des marqueurs... sans aucun recours à la PAO. Après discussions avec Nico Gontard sur l’esprit global du fanzine ou du livret CD, je tape les textes à la machine à écrire, réalise des dessins, effectue des collages, mets en couleurs manuellement des photographies... Au milieu des années 80, j’ai connu la belle époque du rock alternatif et commis de nombreux fanzines rock et BD. J’ai parfois l’impression de prolonger cette période insouciante et inventive.
A l’instar de la sono mondiale que nous proposons musicalement, nous avons mixé son esprit libertaire avec celui de la presse underground des années 70 ou de revues de bandes dessinées malheureusement disparues.

Parmi tes dessins publiés sur cette page, quel est pour toi celui qui représente le mieux l'esprit de Gontard ?

noel bingO-belmondo : Les luttes étant souvent au coeur du propos de Gontard, je pense alors inévitablement au dessin avec les manifestants. Convoquant codes graphiques de l’enfance et signalisation routière, celui-ci est un hommage aux révolutions possibles et à venir. Ne reste plus qu’à imprimer ce timbre et à le coller sur une enveloppe, prête au voyage.

En juin dernier est sorti votre magnifique 45 T sur les labels Ici d’Ailleurs et Pétrol Chips, avec en face A Le Sismographe, sorte d’ Ultra moderne solitude avec La Féline et en face B l’entêtant Noyé. Parle-nous en.  

Nico Gontard : Ma première rencontre avec La Féline date de 2013 (sur un co-plateau à Montreuil) et nous nous sommes retrouvés à Valence en 2016. Agnès (Gayraud) a une image très sophistiquée et élégante, musicalement et physiquement, qui contraste avec sa simplicité et sa sincérité au quotidien. Sur le Sismographe elle apporte son univers aérien. C’est une histoire à laquelle on est suspendu tant dans les faits que dans les mots. Une sorte de ballade meurtrière, de bestiaire commun. Elle, l’oiseau majestueux de mauvais augure et moi le corbeau noir. Si à l’écoute on pense à l’Ultra Moderne Solitude de Souchon, mais à la sauce Gontard, c’est tout gagné. J’adore Souchon car il raconte les gens. Noyé est une ode à la liberté plus qu’un étouffement. J’énumère ce que je ne veux pas ou ne peux pas être. J’en donne les causes et aussi des regrets. Elle martèle ce que la société voudrait sceller dans le marbre (un pavillon, un chien, un blog, une vie..). Mais “je n’ai pas d’ordre à recevoir” c’est à dire que je suis moi et que je ne serai jamais ce que vous voulez que je sois.

45 T Le Sismographe

(Ici d'Ailleurs / Pétrol Chips) // Juin. 2020.

Retrouvez notre entretien avec Gontard dans la revue #13, en vente ci-contre.

PERSONA N°13 // Automne 2020

PERSONA N°13 // Automne 2020

10,00 €Prix
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

© 2019 // PERSONA ÉDITIONS // 62 bis, rue d'Aubervilliers  - 75019 Paris // MENTIONS LÉGALES - CONDITIONS D'UTILISATION