top of page
  • Photo du rédacteurPERSONA

TASTE // Pants Shitters




© Taste
Mené par Yan Wagner, Alexandre Berly (La Mverte), Marc Lapeyre (aka FK Club) et Guillaume Marnez, TASTE avait de quoi en surprendre plus d'un avec leur 1er EP sorti en début d'année, mais là, à quelques mois d'intervalle, le combo vient de dévoiler un second EP Pants Shitters pour enfoncer le clou d'une musicalité déjà prometteuse. Un univers au son cold wave qui flirte brillamment avec l'électro et le post-punk puis s'évade vers la synthpop pour mieux nous faire perdre la tête dans des rythmes endiablés. Je l'ai écouté plus de trente fois d'affilée, sans aucun signe de lassitude, je crois bien qu'ils m'ont ensorcelé avec leurs savoureux cocktails 100 % groovy qu'Alan Vega et Fat White Family ne pourraient qu'approuver. Un disque aussi inclassable qu'envoûtant, qui imposait un petit interrogatoire pour mieux découvrir cette joyeuse bande, définitivement pas comme les autres !

Pouvez-vous nous parler brièvement de l'origine de TASTE ?

Le projet a mis du temps à se mettre en place mais a commencé comme un duo entre Alex et Yan. Les premières sessions de jam, sans agenda à l’époque, ont débuté en 2015 à domicile, puis se sont prolongées par la suite vers Eglise de Pantin lorsque nous y partagions un studio. Entre temps, nous avons sorti des disques et travaillé sur nos projets respectifs (Yan Wagner et La Mverte), et ces débuts ont donc été remis à plus tard. Nous y sommes revenus au moment du deuxième confinement en 2020, et c’est à ce moment que le « vrai corps » du projet a émergé. Etant basés dans des villes différentes, nous nous sommes envoyés un grand nombre d’idées de morceaux et de sessions, nous avons également affiné les directions des morceaux qui ont peu à peu évolué vers une partie des chansons qui figurent dans les EP.


Vous venez tous les quatre du monde de la musique avec déjà pas mal d'expériences à votre compteur, c'est aussi pour cela que votre musique est aussi habitée. Cet ADN musical que vous défendez est-il le reflet de vos envies d'expérimenter toujours plus ?

Oui. Plus sérieusement, l’idée de TASTE a germé à un moment où nous avions déjà mené notre barque en solo pendant un certain temps. Même si nous avions tous deux eu des expériences de groupes par le passé, le fait d’avoir navigué seuls pendant plus ou moins 10 ans nous a donné envie de revenir vers un projet collectif. L’amitié y est pour beaucoup également, évidemment. Et l’intégration de Marc Lapeyre et Guillaume Marnez au groupe (respectivement à la guitare et à la batterie) va également dans ce sens. De fait, cela nous invite à changer notre méthode d’écriture de par la collaboration, et donc d’expérimenter plus. Nous allons désormais véritablement écrire et enregistrer les prochains en groupe à quatre ce qui risque de nous amener dans des territoires encore inexplorés pour nous tous.


Après avoir sorti votre premier ep en février, vous revenez une nouvelle fois avec un autre : Pants Shitters. Pourquoi cette chronologie, à quelques mois d'intervalle ?

Même si les prémisses du projet remontent à assez loin, le groupe n’en est pas moins jeune et va fêter son premier anniversaire d’existence publique seulement ce mois-ci, notre premier single Shame Game étant sorti il y a presque exactement un an. Le premier EP était l’occasion pour nous de présenter le groupe, avec des morceaux arpentant des directions sensiblement différentes. Cela ne faisait pas vraiment sens pour nous de sortir tout de suite un album. Nous avons conscience que, malgré la vitesse des réseaux, il est de plus en plus difficile d’exister et d’émerger auprès du public, surtout si l’on ne joue pas le jeu des différents algorithmes. Sortir deux EP sur une année ne nous paraît pas particulièrement exceptionnel. C’est un rythme de sortie plutôt raisonnable et peut être même plus adapté au contexte actuel qu’un album tous les deux ans.


Comment composez-vous et la conception des 4 titres de cet EP a-t-elle été similaire à celle de votre précédent disque ?

Comme pour les morceaux du précédent EP, les morceaux composant l’EP Pants Shitters ont d’abord été écrits à 4 mains par Yan et Alex. Nous avons ensuite réuni le groupe à Marseille pour répéter tous ensemble et enregistrer les parties de batterie et de guitares qui manquaient avec les deux autres membres du groupe, Marc et Guillaume, qui ont réellement ajouté leur empreinte et leur son aux chansons.


Votre groove imparable est un savoureux cocktail d'électro-rock dansant et cold wave endiablé, le tout dans des rythmes entêtants ! Quelles sont les principales influences que vous mettez dans le shaker de TASTE ?

Nous avons tous les quatre un socle commun de goûts et d’influences très large mais assez résolument tourné vers la dance music et le rock sombre. C’est forcément un peu compliqué de concevoir une liste tant les morceaux puisent dans ces larges influences, mais pour ce dernier EP, cela peut aller de The Residents aux Talking Heads, voire aux Buggles, mais également la scène londonienne actuelle autour de Fat White Family, Paranoid London, Decius ou Warmduscher. Le rock psychédélique, l’esprit du LSD, mais également le post-punk, le disco déviant. Un joyeux mélange.


Que nous proposez-vous pour la suite ?

Notre deuxième EP vient tout juste de sortir, donc nous allons continuer de le pousser le plus loin possible avec la scène comme objectif principal. La suite s’écrira en 2024, avec quelques surprises qui devraient arriver rapidement, et surtout le travail sur un premier long format.


Stéphane Perraux


Pants Shitters (EP 2023)




73 vues0 commentaire

Comments


bottom of page