• PERSONA

BELVOIR // Nouvel Anormal


©Mona Boitière


BELVOIR, composé de Romain Vasset (Frànçois & The Atlas Mountains) et François Le Roux (Selen Peacock) sortent leur 1er album, Nouvel Anormal, ce 21 octobre sur Another Rec et Cheptel Rec. Le duo défend une musique pop électronique dans une forme de chansons à textes, poético-politiques. Leur univers, extrêmement vaste, investit toutes les latitudes d’un esprit habité, apocalyptique, post-industriel, qui évoquent autant une sorte de poésie désenchantée, qu’un conte sonore cohérent hautement imaginatif. Comme ils le chantent dans leur single, à l’heure de l’ère numérique, les vaincus sont partout mais l'obscurité n'est pas pour autant dénuer d'espoir. Entretien avec les deux compères pour en découvrir plus sur leur duo et ainsi savourer pleinement ce prometteur Nouvel Anormal.

Pour ceux qui ne vous connaissent pas, comment définiriez-vous l'univers de BELVOIR ? R : On a tendance à utiliser le terme de chansons poético-politiques au sens que les textes abordent de manière poétique des sujets politiques. Et musicalement c’est de la musique électronique qui joue d’accidents sonores, de glitch, de field recording, avec une basse assez grunge, quasiment omniprésente dans le projet. Et l'origine de BELVOIR elle vient d'où ? Comment avez-vous monté votre duo ? R : On passait du temps à Bristol, à Belvoir Road justement, et on s’est lancé le défi de composer 1 morceau par jour pendant 1 semaine. Il en est sorti notamment le morceau Incendies qui a défini le son du groupe et servi de ligne directrice au projet. On a donc fini un premier EP sous cette impulsion (sorti en 2018 avec Another Record). Et 3 ans plus tard, après beaucoup plus de travail de fond, notre premier album est prêt. Vous présentez donc votre premier album Nouvel Anormal. Quelle à été la ligne directrice qui a permis de construire l'univers intrigant de vos 8 titres ? R : La ligne directrice s’est dégagée plutôt à la fin qu’au début de la création. D’abord il fallait essayer des choses. On a composé beaucoup de morceaux et fait beaucoup de versions différentes de certains d’entre eux. Et au fur et à mesure le son s’est précisé, et le propos s’est clarifié. Avec le recul on peut remarquer que l’album traverse différents modes de regard sur des sujets politiques. Nouvel Anormal est une prise de recul sur des figures anormales de notre quotidien, Le Serpent sur l’invisibilisation des habitants du métro parisien, Le Matin Viendra et La Rue des Vaincu.e.s sont deux appels à l’espoir et à la lutte. Et La Place et Pavé font état de doutes sur la manière de se positionner dans des situations politiques. Tout ça réunit, fait une sorte d’éventail de manières d’approcher des sujets politiques, de manières de regarder… Bel Voir ! On se rend compte maintenant que finalement le nom du groupe qui était juste une rue à la base, trouve une résonance dans notre démarche ! La vie est bien faite …


Il y a un questionnement quasi permanent dans votre album où la notion de l'échéance du chaos, ou de l'opposition de forces vives, semblent occuper un grande place. Quelles sont vos interrogations réelles ?

F : Tu n’as pas tort là dessus, ces concepts occupent une grande place et font même l’ADN du projet. À chaque disque sa thématique je dirais. Sur Incendies, on parlait de l’ère post industrielle ou du spleen du voyage. Nouvel Anormal aborde plus les questions de la surveillance numérique de masse, la ville machine broyant les corps et l’effacement progressif de l’individu. On est traversés par ce qui nous entoure et, je crois, dépassés comme tout le monde par un monde qui nous échappe. Le modèle d’écriture de Belvoir ne pose pas tant d’interrogations que des constats, et à ce titre laisse à chacun la place et le choix d’agir en fonction. C’est une démocratie poétique en quelque sorte.


Entre Rue des vaincu.e.s et Serpent il y a une sorte de supplique du duel ou plutôt un désir de la rébellion des invisibles. Cet esprit frappeur qui vous anime, est il le miroir "aiguë " de vos émotions exacerbées ?

F : Je ne pense pas qu’il y ait tant un désir de rébellion qu’une envie de dire les choses que l’on est amenés à voir ou à apprendre. En ça, on se rapproche de l’agit prop ou de la poésie réaliste, qui jette une lumière sur des questions sociales et sur les invisibilisés du monde moderne au travers de la poésie. C'est un regard, assumé certainement, mais quand même un regard sur le monde qui nous entoure. On a nos convictions mais ça ne nous intéresse pas de les imposer aux autres, pas plus que d’être porte paroles ou donneurs de leçon. Il y a un délicat équilibre à parler de choses concrètes sans donner l’impression qu’on a la science infuse. Le témoignage me semble être un endroit médian et un positionnement plus à propos pour raconter ce qui nous traverse.


Dans vos morceaux vous oscillez entre des sonorités post-indus fouillées et une électro-pop cinglante. C'est un peu à l'image de l'équilibre fragile de vos deux sensibilités ?

R : En tout cas, on est encore en train de chercher des manières de faire co-exister l’écriture « chanson » et l’écriture « électronique ». Il doit donc pouvoir se ressentir que certains morceaux sont organisés autour du texte, et d’autres autour de l’électronique. On est particulièrement contents du morceau La Rue des Vaincu.e.s justement parce que les deux écritures se retrouvent de manière organique. Donc oui c’est un équilibre fragile, mais en même temps très excitant parce qu’on se rend compte de l’immense champs de possibles qu’on a devant nous !


Maintenant que Nouvel Anormal est disponible, quels sont vos projets dans les mois à venir ?

R : Faire des concerts ! On a déjà pas mal de dates calées et on va savourer ça parce que ça faisait longtemps qu’on avait pas pu jouer avec ce groupe.

Et puis on va essayer de se remettre au plus vite à la compo du prochain album !


Stéphane Perraux



BELVOIR NOUVEL ANORMAL - Another Rec et Cheptel Rec - 21-10-2022


Belvoir sera en concert près de chez vous en voici la liste :

27/10 : La Petite Maison Rouge Felletin ı Felletin

28/10 : DAda > Toulouse

29/10 : Hors-loge Najac > Najac

30/10 : Le Presbyt'hair > Beauregard

31/10 : Les Ateliers Pirates > Bergerac

02/11 : Canadian Café x Cousto Corp > Tours

03/11 : Zéro Degré Est > Les Roches-l'Évêque

05/11 : Le Panama x Capital Taboulé > Rennes

11/11 : La Boule Noire > Paris







49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout