top of page

Maissiat // Delta


©Laurent Humbert

Qu’il soit rêvé, fantasmé, préservé dans un réflexe nostalgique ou recréé par manque de créativité, le passé reste la grande préoccupation de notre scène musicale et tout un chacun aime à se lover les oreilles dans la douceur de ses propres madeleines de Proust discographiques. Chez Maissiat, la problématique se pose différemment. L’ombre de la chanson pop des années 1970 plane sur le troisième album de la chanteuse, le fruit de sept longues années de gestation. Mais la chanteuse préfère regarder de l’avant et, de la musique du 20ème siècle, la chanteuse préfère garder une sensation vaporeuse et douce-amère, plutôt que de s’inscrire à l’identique. Du « Message Personnel » distillé naguère par Françoise Hardy (pour la dimension chantée / parlée) au « Playground Love » d’Air (pour l’utilisation la plus intelligente du vocoder entendue depuis), Maissiat rend hommage à ses influences. Mais l’album évolue en équilibriste sur un maigre fil reliant le passé et le futur. Ainsi les instruments organiques (piano et batterie principalement) sont contrebalancés par l’utilisation de synthés et autres nappes électroniques, l’ensemble créant une toile hypnotique et ensorceleuse. Une réussite.

Régis Gaudin.


Delta (cinq 7 / Because Music / Wagram Music) 2023



58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

תגובות


bottom of page