top of page
  • Photo du rédacteurPERSONA

Raphaëlle Fromage // Autoportraits & more

Dernière mise à jour : 1 mai 2023



Chanteuse énergique du groupe Metro Verlaine, Raphaëlle Fromage a également développé en autodidacte un goût pour la photographie, privilégiant la fulgurance de moments instantanés avec son entourage ou en prenant son temps dans un travail d'autoportraits. Regards sur une errance dont l'objectif capte l'acceptation d'un corps.


Raphaëlle, on te connait surtout pour être la voix de Metro Verlaine. Quand cette passion pour la photographie a-t-elle jailli ?

Ma passion pour la photographie, m’est apparue après la lecture de Just Kids de Patti Smith, ce livre a définitivement été une étape dans ma vie, que ça soit pour la musique, la photographie ou la vie de manière générale. L’approche de Robert Mapplethorpe et son regard photographique m’ont fascinée. Avant cette découverte-là, je ne concevais pas la photographie comme un mode d’expression, mais plutôt pour ne pas oublier des moments, des gens, des voyages que l’on peut faire et comme je ne suis pas quelqu’un de nostalgique, je m’en foutais un peu. Lorsque j’ai compris que c’était autre chose, j’ai eu mon premier argentique et je me suis lancée il y a une dizaine d'années.


Y mets-tu autant d'ambition que pour Metro Verlaine avec qui vous avez sorti deux albums ?

Non clairement pas, je ne suis pas photographe, je fais des photos. J’adore ça, c’est quelque chose qui me fait du bien, j’ai fait deux expositions pour l’instant mais contrairement à Metro Verlaine, je n’essaye pas de provoquer la chance ou autre. Souvent je ne prends aucune photo pendant des mois, et parfois en un mois je vais cramer six pellicules. Le fait de ne pas avoir d’ambitions particulières avec la photographie, à part celle de me faire plaisir me donne un sentiment de liberté total, je n’ai pas envie de me sentir enfermée par quoique ce soit : c’est très précieux pour moi. Je prends les choses comme elles viennent : on me propose d’exposer, je dis oui en fonction des lieux et des interlocuteurs, on me propose de publier dans Persona, je dis oui, mais pour d’autres peut être que je dirais non.





Paysages, amis proches, autoportraits. Tes photos traitent de l'intime. Que t'apporte cette introspection ?

Hummmm, je n’y ai pas trop pensé jusqu’ici. J’ai toujours aimé qu’on me regarde, j’aime toujours ça d’ailleurs. Mais par contre le regard que je me porte à moi-même est et a été très violent à certains moments. Je me suis détestée pendant des années. Premièrement je pense que ça m’aide à m’accepter. Un autoportrait réussi m’aide à me sentir belle les jours où je me sens laide. Deuxièmement, le sujet le plus patient que je connaisse c’est moi même, hahaha. Souvent je fais ça au réveil. Quand j’ai une matinée devant moi je prends mon temps, je fume pleins de cigarettes et bois pleins de cafés au lait. Troisièmement, du coup ce genre de matinées me font du bien, elles m’apaisent, c’est un moment avec moi-même, ils sont rares, donc précieux. Pour ce qui est du reste de mes photographies, c’est moins travaillé, on va dire que ça me prend quand ça me chante et surtout quand j’ai un appareil sur moi, c’est vraiment à l’instant et du coup souvent ce sont des moments intimes, ceux que je partage avec mes amis, ou tout simplement quand je trouve quelque chose de beau : une personne, un moment, un paysage, un objet...



Sur cet autoportrait en mouvement,

on peut voir plusieurs portraits de Frida Khalo. Que représente-t-elle pour toi ?

Pour moi Frida Kahlo c’est beaucoup de chose. C’est déjà quelqu’un qui a souffert toute sa vie, ce genre de parcours me fascine. Elle a passé beaucoup de temps forcé avec elle-même et ça je n’imagine pas à quel point ça a pu être dur. Mais elle a transformé tout ça en un travail puissant, magnifique. Et pour moi c’est de l’espoir à l’état pur ce qu’elle représente. C’est le combat d’une vie entière pour essayer d’aller bien, de composer avec ses démons, garder l’équilibre en permanence et travailler, travailler, travailler. Juste un immense respect pour cette personne, voilà. Et je vais arrêter là car je peux écrire 12 pages sur ce qu’elle peut me faire ressentir.




151 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page